1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi pix

ardoise.jpg

Jeudi cosmétiques

lait.jpgCette semaine, je me suis penchée sur les cosmétiques que je consomme.

Je n’en suis pas une très grosse utilisatrice mais je sais que c’est assez subjectif comme qualification donc en voici la liste (à vous de juger) : savon, gel douche, shampoing, dentifrice, déodorant pour le tout venant du quotidien. Lait hydratant, huile d’amande douce, crème pour les mains, crème pour le visage, gel nettoyant pour le visage, stick pour les lèvres côté soin. Et mascara, fards à paupière, eye-liner, crayons pour les yeux, rouges à lèvre, gloss et lotion démaquillante côté make up (pas tout en même temps et selon les jours). Ah oui, de la crème solaire en saison.

Sans m’informer de manière vraiment pointue sur la question, j’ai tendance à aller depuis quelques temps vers des produits ou des marques plus naturelles, douces pour le corps. En tout cas, c’était plus ou moins là mon intention non formulée. Et cette semaine, j’ai eu un problème avec mes mains. Entre le froid qui s’installe et les lavages multipliés grâce à mes prises de glycémie hexaquotidiennes, elles ont commencé à sécher. De mon côté, moi, j’étais moyennement sûre de l’aspect « safe » de mes produits hydratants, sachant que la santé du bébé est aussi en jeu. J’en ai discuté avec trois toons sur Twitter et elles m’ont fourni les liens suivants : des explications sur la liste INCI, sur le décryptage des produits,une analyse faite à partir de l’analyse d’une étude de l’UFC-Que choisir et une réflexion sur le bio en cosmétique par Coline du blog « Et pourquoi pas Coline » ?

Et tout ça est terriblement intéressant.

Forte de ces lectures, j’ai observé la composition des produits que j’ai dans ma salle de bain. Et bien laisse moi te dire que découvrir qu’il y a des dérivés de pétrole dans ton lait hydratant, ça te donne plus franchement envie de te le tartiner sur la peau. J’ai jeté certains produits et en ai blacklisté une ou deux autres pour de futurs achats (mais vais les terminer) et je suis partie en quête de lait hydratant, de crème pour les mains et de crème pour le visage.

Franchement, ça vaut le coup de regarder les compositions de produits cosmétiques, ne serait-ce que pour voir la tête des vendeuses (« – Je peux vous aider ? – Oui, vous me conseillez ceci pendant la grossesse ? – Oui, tout à fait, c’est un très bon produit bla bla bla – Non parce que dans la composition il y a écrit « propyl paraben » et en bonne place. Vous saviez que les parabens sont remis en question, chassés de nombreux produits et considérés comme des perturbateurs endocriniens ? – Euh… – Merci, je vais continuer toute seule. ») mais aussi pour se rendre compte de ce qu’on achète et utilise. Et je n’aborde pas la question de l’impact environnemental de la fabrication de ces produits, ce serait long et je ne maitrise pas suffisamment le sujet. En attendant, c’est très instructif et je ne saurai trop vous conseiller de tenter le coup.

Jeudi réseau social

social.pngIl y a quelques semaines, mes contacts Twitter causaient beaucoup de Ello, nouveau réseau social. Souvent présenté comme « Anti-Facebook », il a le gros avantage de ne pas collecter les données de ses utilisateurs et d’être sans pub. Dans une version bêta, avec une présentation minimaliste, il fonctionne sur invitation. Curieuse, j’en ai dégotté une (ce n’est pas bien difficile) et me suis un peu penchée sur l’outil.

C’est noir et blanc, ultra simple dans le design, pas forcément des plus intuitifs, et en construction. Les échelles, sauts et truelles ne sont pas encore mis au rencart, ça se sent, ça se voit, surtout quand tu navigues sur tablette.

Pourtant, j’ai développé une forme d’affection pour ce réseau tâtonnant. Personne n’a l’air de savoir exactement ce qu’il veut en faire, c’est assez amusant et pas désagréable. Et comme je n’y connais presque personne parce que les quelques twittos qui s’y sont inscrits ne réagissent plus beaucoup, je suis des inconnus en rebondissant de lien en lien et fais donc connaissance à droite à gauche. Et c’est plutôt sympa.

J’y suis , si vous voulez voir. Et non, ce n’est pas ma petite culotte à moi.

Jeudi blogo

like.pngJe n’ai foule de liens à partager cette semaine mais tout de même !

Lullaby pose une vraie question sur l’Art. Je n’ai pas encore commenté, je réfléchis.

Sacrip’Anne a un avertissement à vous faire avant que vous décidiez d’avoir un enfant (pour moi, c’est trop tard).

Minka m’a fait découvrir cet article assez boulversifiant intitulé « Être et Avoir ».

Si vous avez un compte Twitter, vous pouvez le suivre, sinon, vous pouvez toujours consulter en ligne : le compte @ClassicPics propose des photos historiques de différentes périodes et j’aime beaucoup. (En plus, comme il est mis à jour alors que c’est la nuit en France, je découvre les photos dans ma remonter de TL du matin, c’est plutôt chouette).

Pix : 1 – Pix by me (tirée de mon Instagram) ; 2 – Artemtation ; 3 – Nemo ; 4 – kropekk_pl

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi citation (ou presque)

choux.jpg« Dans les faits, un enfant seul, un enfant solitaire, un enfant autonome et un enfant très indépendant, c’est kif-kif : dans la cour de récré, on compte les trous dans le goudron. »

La tête dans les choux, Gaia Guasti

Jeudi blogo

souris.jpgJe ne crois pas avoir jamais parlé de son blog ici mais c’est un tort. Dame Ambre a une plume, un style, un quelque chose qui me parle énormément. A toi aussi ?

Shaya, elle, a été en Islande et nous fait partager, en photos et en mots, son voyage, et même ses astuces. Suivre le tag « Geysers et sac à dos« , se régaler (et admirer le boulot !)

Lullaby a répondu à mon défi et c’est formidable. Elle m’en lance un nouveau, je médite dessus. Elle a recommencé à bloguer de manière plus régulière et c’est vachement chouette ça aussi.

Des jolies choses en décos, bricos, bidouillis ? L’atelier de Lili, je fonds !

Les Curiosités de Nekkonezumi, je ne m’en lasse jamais. Et je le répète.

Sur Cube Santé, il y a des histoires qui font du schreugneugneu dans l’estomac. Et celles qui mettent des étoiles dans le coeur. (Mais pas que).

Et La Fille aux yeux couleur menthe à l’eau, vous connaissez ?

Jeudi pro(f)

colere.pngIl y a quelques jours, un collègue en a accusé un autre, un peu durement je trouve, d’être responsable des difficultés que posaient la classe dont l’autre est professeur principal. Comme si tout reposait sur cela, le professeur principal, ses compétences dans ce rôle. J’étais là, spectatrice contrainte. Le premier est parti, le second s’est révolté à contre-temps. « C’est ta faute, à toi, s’ils ont été insupportables dans ton cours l’autre jour ? » La négation était attendue. J’étais à un petit pois de la balancer. « En partie, oui. Nous sommes les adultes, quand ça déborde, c’est la plupart du temps notre faute au moins en partie ». Ma faute. Ne pas les avoir séparés plus tôt, avoir menacé trop de fois avant de sanctionner, avoir mal choisi cette sanction peu constructive, avoir laissé la situation s’échapper. « Pas du tout, c’est leur faute à eux, tu leur as rappelé les règles ! » Je m’appelle Lizly, j’ai 13 ans, je connais les règles, elles sont le meilleur bouclier qu’il soit car les suivre signifie ne pas faire de vagues, ne pas faire de vagues permet de passer inaperçue, passer inaperçue permet de nier que j’ai des problèmes puisque personne ne les voit. « Je ne prétends pas avoir été dans cette situation à cause de toi. Je reconnais ma part de responsabilité, c’est tout », ne me mêle pas à ta dispute avec un autre, je ne suis là que par hasard.

Jeudi solidaire

sucre2.jpgJ’ai arrêté d’être furax contre le diabète gestationnel. Il fallait bien, c’est usant. J’ai passé une journée à l’hôpital pour apprendre à gérer la situation. J’ai un régime (la diététicienne ne veut pas utiliser ce mot mais comment vous appelez, vous, un ensemble de consignes alimentaires à suivre repas par repas sans écart autorisé, qui excluent certaines catégories d’aliments et en limitent d’autres ?) à suivre et je dois mesurer ma glycémie six fois par jour (avant le repas et deux heures après, même si je peux pas le faire). J’expliquerais peut-être cela plus en détail si ça vous intéresse (dites le dans les commentaires, à ce moment là).

J’ai arrêté d’être furax et je suis devenue constructive. Comme quoi, la grossesse fait de grandes choses parfois. J’ai décidé de créer un « carnet des copines » (auquel il faut que je trouve un autre nom parce que celui-ci exclu les hommes !) dans lequel regrouper des témoignages, conseils, astuces, recettes, autres trucs. L’idée est d’en faire un « outil » à partager. Il y aurait une base que chacun pourrait s’approprier, enrichir, personnaliser, soit pour soi-même, soit pour le donner ensuite à quelqu’un. J’imagine le mettre en ligne, qu’on puisse l’imprimer tel quel ou le récupérer pour en faire quelque chose de plus personnel. Il ne s’agit pas de remplacer les conseils et consignes du corps médical mais plutôt d’avoir un quelque chose de soutien à échanger.

L’idée m’est venu hier. J’ai sollicité quelques toons via Twitter. Si vous avez des idées, je prends ici aussi !

NB : J’ai fait un « edit » au post sur le diabète gestationnel, je m’étais embrouillée dans les organes d’une part, et j’ai appris un petit quelque chose sur le test de O’Sullivan que je tenais à partager.

Pix : 1 – Bluesnap ; 2 – Wilkernet ; 3 –  Nemo ; 4 – Uwe Hermann

5 réactions

  • 1De Shaya – 23/10/2014, 20:35

    J’aime bien tes 4 jeudis (et double merci). J’aime aussi le distance que tu arrives à mettre par rapport à ta pratique professionnelle, ne pas rejeter systématiquement sur les élèves mais reconnaître qu’il y a une intéraction entre eux … et toi.

  • 2De lullaby – 24/10/2014, 05:39

    Je m’apprêtais à écrire quasiment la même chose que Shaya, je me contenterais donc d’un sobre « +1 ».
    Et j’ajouterais quand même un merci pour la pub (et la pression que toi et Custer me mettez !) et pour les découvertes. La fille aux yeux menthe à l’eau, je ne connaissais que version Eddy…
  • 3De Lizly – 24/10/2014, 12:31

    @Shaya : Je n’en fais pas suffisamment mais manque trop souvent de matière. Régulièrement, je commence une « brève » que je développe, ça devient trop long pour un 4 jeudis 🙂
    Pour la distance dans mon travail, j’en manque encore trop souvent à mon goût. La colère, l’urgence de la réaction, prennent le dessus et je m’en exaspère. J’espère progresser, longuement, dans ce domaine.@Lullaby : Loin de moi l’idée de te mettre la pression mais ça fait plaisir de te relire plus fréquemment, ça vaut le coup d’être dit ! ça ne m’étonne pas que tu aimes l’écriture de la Fille aux yeux menthe à l’eau, tiens.

  • 4De Sacrip’Anne – 24/10/2014, 14:22

    Oui, pour Dame Ambre 🙂

  • 5De Lizly – 24/10/2014, 18:07

    @Sacrip’Anne : ça ne m’étonne guère de toi !

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi lecture

afghanistan-60662_640.jpgJ’ai beaucoup lu pendant les vacances mais une de mes lectures sort du lot par rapport au thème qu’elle aborde : Bacha Posh, de Charlotte Erlih chez Actes Sud junior. Quand on sait ce que sont les bacha posh, le titre en dit long mais sinon, il reste bien énigmatique. Le récit a lieu de nos jours, en Afghanistan. Farrukh a monté avec cinq autres adolescents la première équipe nationale d’aviron d’Afghanistan, qui s’entraîne pour les JO. Son meilleur ami fait partie de l’équipe et une grande complicité des unis. Mais tous ses rêves d’avenir sont brisés quand arrivent… ses premières règles.

Les bacha posh sont des filles élevées comme des garçons jusqu’à leur puberté. Elles bénéficient ainsi de libertés et de droits refusés à leur sexe. Mais une fois pubères, elles doivent réintégrer leur place de femme. Dans le roman, Farrukh ou plutôt Farrukhsad, va lutter pour que tout ce qui fait sa vie ne lui soit pas enlevé et se heurter à des pressions énormes qui viennent de toutes parts. J’ai été très touchée par ce roman fort bien écrit. Lecture que je conseille et roman à avoir dans son fonds en collège comme en lycée les collègues !

Jeudi mi-chemin

grossesse.jpgJe suis à la moitié de cette grossesse.

Si tant est qu’on puisse le calculer sans connaître le date de naissance autrement que par des prédictions.

J’ai la sensation d’être enceinte depuis une poignée de semaines et depuis un paquet d’années à la fois. Je m’attendais plutôt à ne pas aimer ça, cet état. C’est mon côté « Quand on s’attend au pire, on n’est jamais déçu » qui me soufflait ça, peut-être. Maintenant que j’y suis, on ne peut pas dire que j’aime profondément ça mais je développe une curiosité incroyable à l’égard de mon propre corps et de ses changements qui me pousse à émerveiller d’un rien. D’ailleurs, j’ai un creux qui s’est formé juste là et y a que moi qui le voit.

Jeudi confession

5753866561_c36729d1d1_b.jpgLundi, je reprends le boulot. En le quittant en juin, je pensais que j’aborderai l’année à venir de manière très décontractée : je vais être absente 4 mois minimum en plein milieu de l’année scolaire, je ne monterai donc aucun gros projet, je ne me présenterai pas aux élections, je surferai essentiellement sur des univers bien connus et maîtrisés.

Pourtant, je stresse plus qu’il n’est raisonné.

Hier, j’ai fini par comprendre que j’appréhende surtout les réactions de mes élèves. Il va falloir qu’ils admettent qu’il n’y aura pas de club lecture, pas de club journal, pas de regard hebdomadaire sur leurs documents d’Histoire des Arts, pas de session « on souffle » autour d’un thé en dernière heure de la journée, peut-être même pas de CDI en mon absence… En tout cas, pas avec moi.

« Roooh, ben ils comprendront et puis tu as bien le droit d’être absente et gna gna gna ». Oui, certains l’ont pensé, ne niez pas !

Je me sens totalement légitime dans mon absence. Je n’ai aucun malaise à l’idée d’arrêter de travailler pour me reposer, prendre soin de moi et du bébé, dans cet ordre avant la naissance, l’inverse après. MAIS ça me fait quelque chose de « planter » mes élèves, en particulier les 3e à qui je ne peux pas proposer de monter un truc du tonnerre pour l’an prochain.

Je stresse aussi concernant mon remplacement. Je ne peux pas souhaiter ne pas être remplacée, ça signifierait que les élèves et les collègues n’auraient ni profdoc ni CDI pendant tout mon congés. Si mon remplacement ne leur garantit pas du tout un profdoc, ils auraient au moins un CDI. CDI que je récupérerai ensuite mais allez savoir dans quel état… J’appréhende les problèmes de fonds, de base, mais aussi d’attitude des élèves voire des collègues, les mauvaises habitudes prises… 4 mois peut-être plus, c’est énorme dans une année scolaire qui en compte 9 dont 1 pour du beurre.

Je stresse enfin de la rencontre avec mon nouvel adjoint. Avec la précédente, j’ai laissé parlé mon travail et mes manières de faire. Mais le temps que le nouveau prenne ses marques, je partirai, laissant la place au Fléau, sa team et leur fiel se déversant à tout va. Il ne me verra pas en CA non plus. Et malheureusement, je sais que cette première année peut inscrire nos rapports pour toute la durée de son service au Petit Collège de la Rive Droite du Fleuve Sans Eau.

Mais vous savez le pire ? Je ne suis pas si mécontente de rentrer.

Jeudi courrier

6977071103_32102415eb_z.jpgPendant les vacances, une ancienne élève avec qui j’échange toujours quelques mails a contrecarré les absences de réseau de ses pérégrinations estivales en m’envoyant deux lettres de plusieurs pages et une carte postale.

Qui se demande encore pourquoi je fais ce métier ?

Note de bas de page :

pix : 1 – ArmyAmber ; 2 – Kaz ; 3 – Christelle Chosson ; 4 – Frédéric Bisson

2 réactions

  • 1De Sacrip’Anne – 28/08/2014, 16:45

    C’est assez naturel, ces questionnements, mais on va dire qu’un jour après l’autre, ok ?

  • 2De Lizly – 29/08/2014, 09:00

    @Sacrip’Anne : On va faire ça, oui :-)

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi citation

« Le flic m’a emmené à l’étage (en passant dans le hall, j’ai noté qu’il faisait toujours nuit – je n’ai donc pas à m’affoler, me suis-je dit, on entend toujours parler de « nuit au poste », pour l’instant, tout est normal) et m’a fait entrer dans un bureau où m’attendait un grand inspecteur moustachu dont le bon regard méridional m’a tout de suite plu – il avait au fond des yeux du pastis en terrasse »

Le Chameau sauvage, Philippe Jaenada, J’ai lu, 1997, p. 34, cadeau de Luneréveuse que je commence à peine.

Jeudi blogo

Cet article que Marthe au CDI (que je ne suis pas habituellement mais que j’ai trouvé via un tweet) provoque beaucoup d’échos chez moi.

Avec Shaya, on se parle et parfois, on écrit et on se répond. En quelques sortes.

Lily grandit. Si, si.

Sacrip’Anne a des jeux qui me tenteraient bien si mes collègues ne se comportaient pas comme une bande de babouins lobotomisés ces derniers temps.

Pour les jeux d’écriture(s), c’est la 15e édition, ouverte jusqu’au 12 mars. Et il y a des gens qui participent et qui le font bien.

Jeudi gueule d’atmosphère

Aujourd’hui, les 3e étaient en Brevet Blanc. Celui-ci donne une temporalité étrange à l’établissement. Les aménagements d’emplois du temps sont nombreux et beaucoup d’élèves sont libérés plus tôt ou entre plus tard le matin, avant goût de vacances, quelques choses de cahiers au feu et de maitresse au milieu. Puis les collègues, collés de surveillance, sont plus rigoureux qu’à l’ordinaire sur les horaires parce que le Chef mord les retardataires. Et les 3e ont des pauses à des moments où la cour est normalement déserte. Le ronronnement de l’établissement est chamboulé dans un silence étonnamment respectueux.

Ce matin, alors que nos visages prenaient le soleil et attendaient le bus, j’ai attrapé une manche qui se faufilait derrière moi. « Il faut que je te le dise comment de ne pas passer au bord du quai avec toute cette circulation ? » Pardon Madame et retour au groupe. Compter les têtes et les tickets, rentrer, élèves enjoués et nous itou, retrouver nos pénates pros et ce temps encore un peu plus désossé par la sortie scolaire, la température douce et les odeurs de café en terrasse.

L’après-midi à été… brumeux, cotonneux, duveteux… mou, doux, saoul… lent, flottant, indolent… lâche, flasque, molasse… fouilleur, humeur, frimeur… balourd, en somme.

J’ai tweeté « J’aimerais pouvoir prendre l’atmosphère du CDI de cet après-midi et le garder dans une boite. Pour ce qu’il avait d’étrange. » et Dame Ambre l’a mis dans ses favoris.

Il y avait quelque chose d’insolite dans l’éther du CDI.

Jeudi confession

Je pense que je ne suis pas une mauvaise profdoc sur mon terrain. Mais si on me demandait conseil, il y a beaucoup de choses que je fais (et assume), que je contre-indiquerais. Je ne me sens également pas du tout au point sur de nombreux aspects de mon métier – pas forcément les principaux mais pas non plus les plus anodins – et j’ai perdu de vue la Théorie – et pas seulement celle qui ne sert qu’à passer les concours, celle qui aide à évoluer non pas en suivant le courant mais en l’anticipant. Je ne stagne pas pour autant. Je mets en place de nouveaux projets tous les ans, je fais progresser les anciens. J’assume complètement ma manière faire mon travail. Mais je sais qu’elle est critiquable et à critiquer.

3 réactions

  • 1De Little wild lily – 20/02/2014, 22:28

    Le chameau sauvage !!!! J’ai adoré ce bouquin et je l’avais oublié jusqu’à ce que je lise ton article ! J’espère que ce sera une aussi bonne lecture pour toi que ça l’a été pour moi, il y a des années 😀
    (oui oui, on dirait que je grandis ^^ merci pour le lien, et saches que même si je ne commentes pas souvent, je te lis toujours. Et que j’aurais aimé t’avoir en profdoc <3)
    bisous
  • 2De Anna – 21/02/2014, 10:48

    Sur ton dernier point : tu serais donc un être humain ? ;-)

  • 3De Lizly – 25/02/2014, 12:28

    @Little wild lily : Je me régale de lecture. Pour le reste, je sais que tu me lis ^^ Et ne paris pas trop tout de même, tu ne m’as jamais vue sur le terrain…

    @Anna : ça ne fait jamais de mal de le préciser.

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi citation

Gatane : Tu vas mourir enculé !
Keyrah :
Gatane : Euh.. Rajoute une virgule .. Sinon c’est atroce ._.

DTC, bien entendu

(Qui fait penser à ceci, que j’ai affiché au CDI, d’ailleurs)

Jeudi blogo

Parmi d’autres, quelques liens qui ont retenu mon attention ces derniers temps.

Humour noir en oncologie, parce qu’on peut rire de tout tant que c’est chez Cube Santé

Timtimsia n’aime pas les débuts d’année. Moi, c’est selon. Mais c’est somme toute une occasion de linker son blog que j’aime beaucoup.

Chez Lullaby, il y a toujours à lire et à aimer. Mais au delà des mots, elle a le courage de faire ça et même si l’article n’est pas tout récent, j’en suis encore wahouwahou.

Résolutions de nouvelles années pour prof doc gribouilleuse. Moi ? Ah ben… je couvre les livres ?

Little Wild Lily a répondu à mes questions au tag précédent.

Anna Musarde continue de me faire sourire avec ses participations aux impromptus littéraires

Et pour terminer, ce n’est pas un post mais un blog que je vous conseille : celui de M. Le Chieur. Ne serait-ce que pour son titre (et donc pour Boris Vian).

Jeudi c’est pas trop tôt

Je suis enseignante dans ma 6e année de titularisation. Donc ma septième d’enseignement puisque j’ai assuré une année de stage.

A Toussaint, j’ai eu l’impression d’avoir quitté le boulot depuis bien plus de deux semaines quand il s’est agit de reprendre. Effet rare et charmant que j’ai mis sur le compte de notre petit séjour là où c’est loin.

Les derniers congés, nous les avons passé chez nous. Enfermés chez nous, même, en bonne partie, la faute à une météo peu engageante et une flemmardise lénifiante. Pourtant, en reprenant lundi, j’avais de nouveau cette impression d’avoir quitté le boulot depuis plus que ces deux semaines.

Il a fallu un peu plus de six ans pour que j’apprenne à décrocher.

Décrocher au point que j’ai également décidé (non, pas « pris la résolution de », non mais !) de quitter le collège plus tôt. A mes débuts, les retards s’accumulant me rendait fébrile et un tantinet acariâtre. Ainsi, il n’était pas rare que je prolonge ma journée d’une petite ou grosse heure pour avancer. J’ai cessé de faire ça il y a quelques temps mais pour autant, je ne quittais pas le collège. Un tour ici, quelques mots là, un moment à papoter là-bas et 18 heures arrivent prestement. Il faut dire que c’est chouette, ces moment entre collègues et copines, que ça alimente ma vie sociale ailleurs que sur le réseau. Mais si on y regarde, c’est surtout rester sur place. Encore. Malgré tout. C’est rentrer chez soit environ une heure et demi plus tard que le permettraient mes horaires. C’est quitter mon chez moi presque 12 heures par jour pour ne rien faire d’autre qu’être à mon boulot.

Alors maintenant je pars. Pas sans avoir passé un moment à discuter ici, là ou là-bas. Mais un moment plus court.

Ça n’a peut-être l’air de rien. Mais moi je sais.

Jeudi famille

Lors de ma dernière visite, mon psy m’a demandé de réfléchir au fait que je transférais peut-être (important, le peut-être) sur ma sœur des choses que j’avais à reprocher à ma mère car, clairement, la figure maternelle de mon enfance a été ma sœur (avec les enfants de laquelle j’aurais fonctionné en fratrie) davantage que ma mère. Les différences d’âge et le figuier générationnel de ma flore généalogique aidant là où les caractères et les évènements ont provoqué.

Ce matin, je repensais à l’ambiguïté entretenue par ma sœur qui a choisi que sa petite-fille appellerait notre mère « Mamie » et utiliserait pour elle (ma soeur) un autre nom.

J’ai beaucoup pensé à cette question de transfert et je n’en trouve pas de clé. Cela signifie peut-être qu’il n’y a pas de transfert. Ou peut-être aussi que je n’arrive pas à l’identifier seule.

Ce que je sais clairement c’est que quand ce sera mon tour de devenir mère, je ne veux pas l’être comme ma soeur l’est.

Et moins, radicalement mais également tout de même, pas comme ma mère l’est non plus.

5 réactions

  • 1De lullaby – 13/01/2014, 19:09

    Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris, tu as une soeur qui est grand-mère ??? (on ne rit pas, c’est ce que j’ai compris, j’assume !!)
    Je suis allée fureter sur le site du chieur, j’ai adoré son idée de tumblr, je ne peux malheureusement pas y participer puisque mon dernier amour en date ne m’a envoyé des messages qu’une fois le contact rompu (on va dire ça comme ça 😀 ) ; je dois en revanche toujours avoir le premier mail du précédent, à creuser.
    Merci pour le lien ! Waouhwaouh, j’aime bien cette expression !
  • 2De Lizly – 13/01/2014, 19:21

    @lullaby : Non, on ne rit pas, tu as juste.
    Ma soeur, de 14 ans mon ainée, a eu sa fille un peu avant de fêter ses 20 ans et alors que j’avais fêté mes 6 ans. Je suis donc devenue tante à 6 ans. Et cette nièce a elle-même eu un bébé en mai dernier, alors qu’elle avait 22 ans. Je suis donc devenue grand-tante 28 ans, ma soeur grand-mère, ma mère arrière-grand-mère, et pareil pour mon frangin, mon père, tout le monde. La plus jeune de mes nièces (la fille de mon frangin) est donc plus jeune que ma petite-nièce. Et j’aurai forcément des enfants plus jeunes. Figuier généalogique.
    Contente que les liens t’aient plu ^^
  • 3De Sacrip’Anne – 14/01/2014, 11:01

    Rha. Les histoires de comment on devient mère et par rapport à qui etc.

    Je ne sais pas si ça peut t’éclairer, mais je me suis rendu compte tôt dans la maternité de plusieurs choses :

    – j’ai « refusé » symboliquement d’être plus mère que ma mère en tentant d’allaiter alors qu’elle n’avait pas réussi. Pour autant, intellectuellement, je ne considère pas que nourrir au biberon soit moins maternant qu’au sein. Paradoxe, tout ça

    – je pense que j’ai en commun avec ma mère une certaine « longueur d’onde » de fibre maternante. Pour autant je suis bien plus lionne qu’elle par rapport à ma fille, plus fusionnelle aussi. Et pas du tout à la même place dans la dynamique familiale par rapport au père de ma fille (ou à son beau-père, ce qui est non avenu dans son cas à elle !).

    – et au final, c’est parfois elle qui, pour des raisons pratiques ou de capacités à ouvrir ma grande bouche, trouve qu’elle aurait, finalement, pu mettre des ingrédients en plus, en moins, différents.

    Mais en tant que mères, on se respecte beaucoup dans nos pratiques, dans nos ressemblances et dans nos différences, je dirais, et ça semble être un truc très difficile à réussir.

    Alors plutôt que de te souhaiter d’être différente dans ta façon d’être mère, je te souhaite de réussir à l’être à ta manière sans que ça génère de chaos (et j’ai une pensée pour notre chère N. en écrivant ça 🙂 )

  • 4De Anna – 14/01/2014, 11:24

    La raison pour laquelle il ne veut mieux pas être une mère parfaite (en admettant que ce soit possible) : on ne laisserait aucun champ à ses enfants pour faire mieux. Ta mère a fait son boulot. ;-)
    Blague à part, tu feras à ta façon, qui sera la meilleure pour toi et en équilibre avec ton homme (eh oui, on ne devient pas mère seule, on se construit aussi en fonction du père). Et ce sera chouette. :-)
  • 5De Lizly – 15/01/2014, 11:47

    @Sacrip’Anne : Quand je vois comment ma mère se comporte avec ma belle-soeur (la mère de la fille de mon frère donc) (tu suis ?), je pense que le respect ne va pas être gagné d’office… C’est formidable pour vous (ta mère et toi mais aussi Cro-Mi et la famille) de réussir à se respecter ainsi. Merci pour ton souhait ! L’avenir nous dira s’il sera exaucé.

    @Anna : Bien spur, je n’oublie pas l’Homme dans tout ça. Mais je pense qu’il y a un noeud familiale que je dois démêler et dans lequel il ne peut pas vraiment intervenir. J’espère bien que ce sera chouette.

Fil des commentaires de ce billet

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi citation

Portrait_of_a_Stranger.jpg« Ce fluide haute hydratation offre une triple protection contre les signes de l’âge. Il est enrichi du Complexe Rose du Désert qui renforce l’étanchéité de la barrière interne de la peau pour accroître ses réserves en eau et renforcer la résistance cellulaire face au temps. Doté d’une protection IP 30, il lutte contre le photo-vieillissement« .

Notice de la crème de jour offerte par l’Instance Maternelle à Noël[1] .

Jeudi lecture

Water_Calligraphy.JPG

« L’écriture commence là où s’arrête la parole, et c’est un grand mystère que ce passage de l’indicible au dicible. La parole et l’écrit se relaient et ne se recoupent jamais. »

Hygiène de l’assassin, Amélie Nothomb, premier livre lu en 2014[2] .

Jeudi geekerie

Loupe.jpg« LG W 2040 S-PN Black : Ecran, taille de l’écran: 20 pouces, technologie: TN + film, technologie d’écran: Ecran plat, type: Moniteur pour PC, widescreen, couleur: Black, consommation: 37 W, divers: Warranty 2 years, entrée dvi/vga: VGA, entrée vidéo: D-sub, entrées vidéo multiples: Simple, poids: 3.5 kg, weight: 7.7 lb, fréquence horizontale: 38-83 KHz, fréquence verticale: 56?75 Hz »

Description de l’écran du PC fixe contre lequel j’ai troqué mon portable par Comment ça marche [3]

Jeudi[4] nota bene

nb.jpg[1] A même pas encore 30 ans, ma susceptibilité a jugé avoir le droit de se vexer mais ma paresse à emporté les paris, bouder exige un superflu d’énergie. Les gras et soulignés dans la citation sont tout de même fruits de mes efforts tout personnels.

[2] Cela ne signifie en rien que 2014 serait pas une Amélie Nothomb’s year mais plutôt que l’un dans l’autre, j’arrive à attaquer mon étagère de livre à lire pour moi et pas pour le boulot.

[3] Suite à la livraison après fêtes par trois gaillards un brin lutins de mon bureau, Celuiquej’aime et moi avons troqué nos PC. Ainsi, en 2014 je blogue en 20 pouces sur un bureau ambiance sortie d’usine.

[4] Si la semaine compte quatre jeudis, je peux aussi bien publier un vendredi si cela me chante. La date, de toutes manières, n’est-elle pas guère qu’une banale question de convention collective ?

Notes de bas de page :

1 – Tobias Leeger 2 – M4RCO 3 – Alain Bachellier 4 – Small

5 réactions

  • 1De Little wild lily – 03/01/2014, 21:59

    C’est mon préféré de Nothomb !!! (d’ailleurs je n’ai pas spécialement adoré les autres, mais celui ci est un bijou !)

  • 2De Anna – 04/01/2014, 11:26

    J’ai du mal avec Nothomb. Pour la crème, euh… J’ai du bol avec ma belle-mère, elle a compris que je n’aime que les livres. 🙂

  • 3De Lizly – 04/01/2014, 16:14

    @Little wild lily et @Anna : Je n’ai lu que 2 Amélie Nothomb (celui-ci etAcide sulfurique) Celui-là, c’était un cadeau. L’autre, c’est une élève qui a vraiment adoré et m’avait « demandé » de le lire. Hygiène… j’ai trouvé ça pas mal. Mais je pense que j’en ai fini avec Nothomb.
    Sinon, Anna, de la crème de jour, en soit, pourquoi pas mais pourquoi celle-là ? En plus, c’est une crème de grande marque. Elle a dû mettre dans les 40 euros minimum dedans. Je me serais fait un festival chez Lush pour ce prix là !
  • 4De Shaya – 04/01/2014, 16:34

    Les crèmes c’est comme les objets ménagers, quelque chose qu’il est impoli d’offrir (sauf demande express). Je l’aurais tellement mal pris aussi.

  • 5De Lizly – 04/01/2014, 19:13

    @Shaya :
    Les produits de soin, c’est casse gueule comme cadeau, à moins de connaître précisément ce qu’utilise une personne.Là, juste avant, j’avais ouvert une paquet avec une écharpe beige à pois, bordures oranges et bonnet assorti, de belle qualité mais MOCHES (!!!!!), alors la crème, ça ne m’a pas plus choquée que ça sur le coup. Elle a un nom de crème hydratante qui ne fait pas « crème de vieille », ça n’apparaît pas de manière évidente sur l’emballage. En tout cas, je ne m’en suis pas aperçue le soir même alors que je m’y suis un peu attardée.

    
    

    Je ne suis pas vraiment vexée pour les propriété anti-âge de la crème en fait. Je suis plutôt triste sur le côté impersonnel du cadeau. C’était un paquet d’une grande enseigne de parfums et de cosmétiques. Ma belle-mère aurait pu se faire renseigner de manière un peu précise très facilement…
    De la même manière que l’écharpe dans des couleurs que je ne porte jamais (je n’ai que 2 vêtements beiges : un pantalon en toile et une veste de mi-saison qui ne colle pas avec l’écharpe et le bonnet chauds, ma veste d’hiver est gris clair, impossible à accorder avec l’écharpe) m’attriste.
    J’aurais préféré qu’elle mette quelques euros dans du thé sympa, un bouquin même de poche qui me manque, une BD pour compléter une collection… Rien qui ne demande plus qu’un coup de fil à l’Homme pour avoir une référence. A la place, elle a dépensé beaucoup d’argent pour un résultat triste… J’ai testé la crème, elle hydrate bien et elle sent bon alors je vais l’utiliser plutôt que de la laisser prendre la poussière dans ma salle de bain mais je reviendrais sans complexe à ma crème (même pas anti-âge) habituelle ensuite.

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi DTC

« Pekkala : ca se soigne la connerie ?Poison_Apple_by_bluewolf93.jpg
Sum-Demens : oui
Sum-Demens : avec du cyanure »

Jeudi blogo

thes.jpgÉchantillons de ma blogosphère…

OBNI photographie l’art de 7 tonnes de savon de Marseille.

Elle a blogué ! Comme quoi, on ne peut pas s’en passer.

Toi aussi amuse-toi à trouver des noms pour les poissons que Sacrip’Anne n’a pas encore acheté.

Chouyo ou la pédagogie par les petits mouchoirs dessins.

Chez Custer Basey, retrouvez les témoignages de rencontre avec le (hard) rock.

Elle aussi a blogué ! C’est moins rare, mais c’est tout aussi bon à lire.

Ah, et j’ai failli oublier le petit nouveau dans la blogroll : Jade (et ses secrets)

Jeudi, tu sais…

Le Grand Internet…

… des mails avec toute la bienveillance du monde à l’intérieur.

… des pluies de cœurs (inférieur à trois) et de câlins (totoros, en hastags).

… des hugs, des menues douceurs, des petits mots.

… des trucs dans ta boite à lettres.

Parfois, je me dis que les gens qui me connaissent uniquement à l’extérieur des réseaux me trouveraient un peu ridicule, qu’ils penseraient que je ne suis pas authentique. Peut-être qu’ils auraient raison. Par rapport à ce qu’ils savent de moi.

Souvent je me dis qu’il faudrait que je réconcilie toutes ces facettes de moi-même.

Et puis je me dis que distribuer des cœurs, des câlins et des mots doux, dans la vie de tous les jours, ce n’est pas possible. Pas de la même façon. Et que les gens qui ne connaissent pas ces choses là du Grand Internet, et bien ils ratent un truc.

#calinstotorolestoons

Jeudi j’épingle

punaise.jpgJe me suis découvert une nouvelle passion pour Pinterest. Le principe est tout simple : on « épingle » des images sur des « tableaux ». Les guillemets précisent qu’on agit en virtuel. J’adore l’idée de conserver une trace des photos que j’aime avec un lien vers le site d’où elles viennent. J’épingle donc à tout va et je multiplie les tableaux.

Et ça donne ça.

Je suis certaine qu’il y a quelque chose de terriblement artistique à faire de cet outil numérique. Ça doit même déjà avoir été fait ! Je n’ai pas creusé.

Mais ça m’inspire.

Note de bas de page

– Pix : Bluewolf93Pierrepaul43  – 24oranges.nl

4 réactions

  • 1 De Obni – 30/11/2013, 07:40

    J’ai parcouru ton tableau avec les épingles, non pas avec des pincettes mais avec intérêt… C’est sympa.

  • 2 De Lizly – 01/12/2013, 17:57

    @Obni : C’est assez intéressant de le regarder soi-même avec du recul, se rappeler comment on en est venu à épingler quoi. Je pense qu’avez le temps on se construit un album d’image mais aussi de souvenirs de promenades virtuelles.

  • 3 De Sacrip’Anne – 02/12/2013, 14:26

    Il y a tant de façons de distribuer des câlins qu’on ne va pas s’en tenir qu’aux câlins totoro, dans la vie non pixellisée, voyons. Parfois un sourire, un mot. Un encouragement, un hochement de tête. Enfin je suis sûre que pour de vrai, oui, tu fais, aussi.

  • 4 De Lizly – 02/12/2013, 18:47

    @Sacrip’Anne : Tu as raison, les petits gestes, les entre deux mots, je le fais. ❤

1, 2, 3, 4 jeudi

Jeudi citation

Les_ogres.jpg« Mon papa, mon père
Celui qu’j’n’ai pas beaucoup connu
Celui qui est arrivé hier
Qui part demain, bien entendu
Mon père, mon papa
Qui n’m’apprend pas les bonnes manières
Qui dit : « Plus tard, tu comprendras
En attendant… chante ta colère ! » »

Le Daron, Les Orgres de Barback (à écouter ici, entre autres)

Jeudi la Toile

Cafes_bombon_-_Burgos.jpgDécouverte par je ne sais plus quel biais (l’art de l’hypertexte) une initiative solidaire que je trouve formidable. Ca s’appelle le café « en attente » (qui peut se décliner en sandwich en attente, plat chaud en attente etc). Il s’agit, quand on a bu un café, d’en payer un deuxième mis « en attente » pour une personne démunie qui pourra se présenter et boire, sur place et gratuitement, ce café. Le commerçant n’y perd rien et chacun peut faire ainsi un petit geste, pas si couteux. Voici le lien vers la page sur laquelle j’ai découvert l’action et un autre faire la page facebook du projet.

Un petit nouveau dans la blogroll sur lequel je tiens à mettre le doigt parce que j’aime le ton, l’écriture et le dessin. C’est le blog de Timtimsia.

ça fait un moment que je n’en ai pas parlé alors zou, allez jeter un oeil sur les CURIOSITES de Nekkonezumi. Si vous ne riez pas, je mange mon chapeau.

Et parce que j’aime bien vous parler de Cube Santé, le lien vers le dernier article « Un autre monde« . Qu’est-ce que c’est, 4 mois d’espérance de vie supplémentaires ?

Jeudi lecture

singe.jpgJ’ai lu Le Singe de Hartlepool de Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau.

Lors d’une guerre, par principe, chaque camp hait l’autre de toutes ses forces. C’est ainsi que, pendant les guerres napoléoniennes, les habitants d’Hartlepool en Angleterre voit s’échouer un navire français sur leurs côtes. Ils peuvent alors déchaîner leur haine raciste, leur patriotisme exacerbé contre l’unique survivant retrouvé sur la plage et fait immédiatement prisonnier. Chaque habitant de Hartlepool se réjouit déjà de percer les secrets de Napoléon en interrogeant le captif, de délivrer l’Angleterre du conflit. Mais la bêtise humaine, l’ambition et la haine collective et galvanisante rend aveugle : le prisonnier n’est autre qu’un singe, la mascotte en uniforme du navire échoué.
Une légende qu’on nous compte en laissant chacun tirer les conclusions qui s’imposent, avec des dessins très réussis (ainsi que la mise en couleur), pour une bande dessinée qui parle bien et juste, avec ses mots, ses images et ses sous-entendus.

Pour les collègues profdocs, je pense que c’est à avoir, en collège comme en lycée.

Jeudi rouillée

Alibert_gramatica_occitana.jpgAvec les cours d’occitan, Je troc ma peau de prof pour celle, tiraillante, de l’élève, je rétro-pédale à retrouver mes enseignements étudiants et surtout, je cherche mes mots, je cherche mes temps, je cherche ma grammaire… Je couvre d’une foultitudes de mots un cahier qui a déjà montré ses limites, je tâtonne dans la graphie badigeonnant mes lignes d’une orthographe hybride qui me fera sourire plus tard, je m’étonne de ce que l’oreille capte et le cerveau comprend.

Les retrouvailles avec « la lenga d’aqui » sont à la fois douces et frustrantes, m’appelant à quitter ma discipline pour travailler à remettre dans ma tête et dans ma bouche ces connaissances là.

Désappointement minuscule, tout de même, là où je me proposais une activité qui permette de changer un peu les horizons et rencontrer d’autres personnes siègent deux visages connus. L’un fait parti d’un quasi quotidien, l’autre d’un passé que j’aurais confortablement laissé à sa place. Rien de grave mais la présence immédiatement envahissante, de celles qu’on pressent facilement tentaculaires et avec lesquelles il est important de garder ses distances. On verra où tout ça me mène. J’ai des idées derrières la tête mais elle suppose toutes que je sois capable de conjuguer un imparfait alors que ce temps si simple m’a mise en difficulté hier ! Point de plan sur la comète alors, prendre ce qui est bon et se laisser vivre un tantinet.

Note de bas de page :

Pix : 1 Marie Astier, 2 Mover El Bigote, 3 Schnappi, 4 Unknown

6 réactions

  • 1 De Little wild lily – 07/11/2013, 11:49

    Je comprends que tu aurais préféré être dans une bulle pour les cours d’occitan, mais rien ne t’empêche de les virer de ta bulle. C’est toi qui détermine ses limites 🙂
    (merci d’avoir redonné le lien des curiosités de Nekkonezumi, à chaque fois j’y reste des heures ^^)
  • 2 De Anna – 08/11/2013, 09:58

    J’adôôôre les Ogres de Barback (est-ce que tu connais Pitt Ocha ?)

  • 3 De Lizly – 08/11/2013, 18:54

    @Little wild lily : ça va, je ne me sens pas envahie et je pense que je saurais mettre des barrières si besoin. Pour les Curiosités, j’y passe chaque jour, j’adooooore.
    @Anna : Naaaan, je connais pas, mais je vais aller chercher de ce pas (les Ogres de Barback, je connais pas super bien, c’est un contact Twitter qui a fait passer cette vidéo sur ma TL et j’ai eu un coup de coeur. Mais je connaissais déjà le groupe)
  • 4 De Obni – 09/11/2013, 07:14

    Très belle idée que c’est action « en attente » ! Merci pour le lien !

  • 5 De Nekkonezumi – 09/11/2013, 12:18

    Parce que je lis plus souvent entre deux portes que posée en ce moment, parce que j’ai du retard aussi, j’ai envie de dire que mes yeux sont toujours là, plus en silence hélas…
    Mais si je ne pose pas un merci ici, je serais vraiment plouc !! :-)
  • 6 De Lizly – 10/11/2013, 13:16

    @Obni : J’aime beaucoup. Je trouve que ça ouvre des perspectives nombreuses et originales en plus.

    @Nekkonezumi : Meuh non, jamais tu ne seras une plouc ! Mais y a pas de quoi ;-)