J’ai un bullet journal. Et vous ?

Il y a quelques temps, Floh reprenait du service en tant que blogueuse en nous confiant dix infos persos. La huitième évoquait son bullet journal. Piquée dans ma curiosité, je suivais le lien qu’elle propose vers un article qui explique le concept. Si vous me connaissez un peu, vous savez que moi, tu me causes calepin, carnet, stylos, couleurs, listes et tout le toutim, je suis emballée comme une cravate la veille de la fête des pères. Du coup, on en a parlé sur Twitter et Shaya a proposé un super article sur le sujet. Dans la foulée, je me suis équipée et j’ai créé mon propre bullet journal, promettant par la même occasion un post sur le sujet quand j’en aurais un peu eu l’usage. Et bien, vous êtes dedans.

L’exercice d’écriture consiste à expliquer clairement une pratique qui n’est absolument pas compliquée à exercer mais devient bizarrement très complexe quand on tente de la théoriser…

Tentative de définition

Un bullet journal est un carnet dans lequel on regroupe tout ce qu’on peut avoir de listes, de notes, de pense-bêtes, de post-it, et autres trucs qu’on ne veut pas oublier, qu’on a besoin d’avoir sous la main, qu’on a tendance à éparpiller souvent. Le bullet journal, c’est également un système d’organisation personnel, qui repose sur la non-utilisation d’outils numériques, qu’ils soient en ligne ou non.

Concrètement, le bullet journal, c’est surtout un carnet.

Je ne vais pas reprendre en détails l’explication des origines et de la mise en oeuvre selon la théorie du créateur parce que vous pouvez retrouver cela très bien expliqué en lisant ceci et cela.

Je pourrais m’arrêter ici mais c’est un peu court jeune homme. On pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme. [Je m’égarre]

Le bullet journal s’adresse à des personnes qui utilisent beaucoup les notes, listes et autres petits papiers physiques ou numériques. Mais aussi et surtout à des personnes qui ne se satisfont pas du support numérique pour ces choses-là.

Personnellement, je tatônne énormément avec tout ce que j’ai pu tester en ligne, que ce soit sur PC, sur Smartphone ou sur tablette :

– Parce qu’il y a toujours des moments où je ne peux pas me connecter. Depuis la naissance de Peanuts, ça s’est accentué parce que la connexion quotidienne à mon PC n’est plus systématique et que je m’agace vite des limites de l’écran d’un smartphone.

– Parce qu’au boulot, je ne peux pas dégainer mon téléphone portable (l’usage en est interdit aux élèves, je ne leur brandis pas le mien sous le nez), la 3G n’atteint pas le CDI et j’ai assez souvent eu des problèmes de connexions avec mon PC pour ne pas confier au réseau ce que je peux éviter d’y mettre.

– Parce qu’il y a quand-même des tas et des tas de moment où je trouve que noter un truc à la main est bien plus pratique. Parce que le correcteur orthographique modifie trop souvent ce que j’écris, butte sur les noms propres et les abréviations, parce que l’écran à l’extérieur n’est pas toujours très lisible, parce que faire une prise de note sur un calepin c’est simple, parce que j’ai ce rapport au papier, aussi, ce contact que j’aime, tout simplement.

Ainsi, j’avais toujours sur moi un carnet et un stylo pour y noter tout et n’importe quoi, mais aussi un agenda qui me servait à la fois pour le boulot et pour le perso dans lequel je collais, intercalais, annotais, un peu n’importe comment. J’avais des listes sur mon PC, des notes dans mon smartphone, des papiers aimantés sur mon frigo, des p’tites notes dans mon porte-feuille. J’avais des todolists plein ma banque de prêt, des post-it tout autour de l’écran du PC, des feuilles scotchées sur le plateau du bureau.

Maintenant, j’ai un bullet journal.

IMAG1545.jpg

  • Le bullet journal est donc un carnet.

Le mien : 17×22 cm à petits carreaux, format choisi pour un premier test et dont je suis satisfaite. Plus grand serait très pénible à trimballer, plus petit me contraindrait trop au niveau de l’espace d’écriture.

  • C’est un carnet personnalisé à l’envi.

Le mien : il est sobre car j’ai déjà des kilomêtres linéraires de carnets dont je ne veux pas me séparer et que mon objectif avec le bullet journal n’est pas de le conserver une fois rempli. J’ai juste mis en 2eme et 3eme de couverture des photos de Peanuts et de son père que je pourrais récupérer facilement. Oui, je suis une greluche si je veux.

  • C’est un carnet aux pages numérotées.

IMAG1546.jpg

Le mien : utilisé dans les deux sens, j’ai opté pour une numérotation en chiffres arabes dans un sens et en lettres dans l’autre sens. Parce que les chiffres romains et moi, souvent, on se dispute.

  • C’est un surtout un carnet qui comporte un index. L’index, c’est l’astuce à laquelle il fallait penser. Ainsi, dans le journal, on écrit les choses à la suite les unes des autres. On peut se retrouver avec les tâches à effectuer ce jour sur la même page que le numéro de téléphone qu’on nous a dicté sur notre répondeur et que le titre du livre qu’il faut trop que vous achetiez pour le CDI Madame parce qu’il est trop bien et trop trop génial et qu’il a trop trop trop fait pleurer Nadia. Dans l’index, on reporte juste où est quoi. Et on le retrouve.

Le mien : Je n’ai pas encore bien le réflexe d’utiliser l’index et c’est dommage. Je me retrouve trop souvent à feuilleter les pages une part une pour retrouver quelque chose. C’est une question de pratique à développer. Mon index est en toute fin de carnet plutôt qu’au début. ça me « parlait » plus ainsi en commençant mais je ne recommencerai pas dans le prochain je pense. Je ne mets pas de photos, il n’est pas suffisamment représentatif.

  • C’est un carnet dans lequel on s’organise avec des signes et des repères. Il est dit qu’un carré pour une tâche, un rond pour un évènement et un point pour une note est la base du bullet journal et qu’on se fait ensuite sa propre liste.

IMAG1553.jpg

Le stylo est posé sur le prénom de Peanuts

La mienne : elle est simple mais elle me suffit. J’ai remplacé le point de la note par un tiret qui me venait plus facilement.

  • Voilà ensuite, en gros, comment il est conseillé de fonctionner : Dans votre carnet, après deux pages au moins laissées blanches pour votre index, consacrer une double page au début de mois. D’un côté, y inscrire la liste des jours et de l’autre, celles des tâches à accomplir dans le mois. Puis sur la page suivante, écrire la date du lendemain suivie des tâches, précédées d’un carré vide, à accomplir dans cette journée. Le soir ou au fur et à mesure, noircir les carrés qui précèdent les tâches accomplies. En fin de journée, reprendre sur la date du lendemain les tâches non-accomplies et ajouter les nouvelles à réaliser.

Mais c’est là qu’il s’agit d’adopter un système qui vous est propre et qui vous plait.

Le mien : Mon principal souci était l’absence d’agenda. En effet, pour le boulot comme pour le perso, j’ai besoin de noter des rendez-vous, de planifier des séances, des évènements, bref, d’utiliser un agenda. Plusieurs personnes font le choix de conserver un agenda en plus du bullet journal. Moi, je voulais troquer l’un contre l’autre parce que mon objectif était de cesser de me disperser. J’ai trouvé une solution qui me satisfait pleinement.

IMAG1549.jpg

Il y a peu de choses parce que j’ai commencé à tenir mon bullet journal fin avril mais les mois suivants étaient plein de choses trop personnelles à vous montrer

En début de carnet, j’ai fait un calendrier mensuel. Comme c’était mon 1er carnet et que je ne savais pas si j’allais adopter le système pour de bon, je n’ai fais que trois mois mais je vais rajouter juillet et août dans celui-ci et je m’en ferais un nouveau avec toute l’année scolaire à suivre. Je reporte dans ce calendrier les rendez-vous, les anniversaires, les jours fériés, les dates de vacances, les échéances. Un rendez-vous prend peut de place donc je l’y écris en entier (photo ci-dessous). Si j’ai besoin de plus de détails, je le note dans le carnet et reporte dans le calendrier la page où je trouverai le complément nécessaire. Par exemple, pour une séance pédagogique avec les 4ème Benzaï, je note en page 22 l’objet de la séance, le prof avec qui je l’assure et d’autres renseignements dont j’ai besoin et dans le calendrier, je note « 4e B p.22 » dans la case de la date de la séance.

IMAG1547.jpg

Pour le travail, j’utilisais un agenda comme celui-ci.IMAG1550.jpgNe cherchez pas qui sont Marc et Natacha, j’ai rempli une page pour illustrer

Ainsi, je savais vite sur quel créneau j’avais une classe et sur quel créneau je n’en avais pas. J’ai remplacé cela par 7 tirets dans la case correspondant aux 7 créneaux de la journée (de 8h-9h à 15h30-16h30).

IMAG1548.jpgCeci signifie que le 12 du mois, j’ai les 6e 4 en première heure du matin et les 6e 2 en première de l’après-midi. Comme au dessus, c’est une case « de démo ».

En début de mois, le récapitulatif des jours ne m’est donc pas nécessaire. Je l’ai supprimé mais garde une page sur laquelle je note les livres lus et quelques infos que je veux garder sous les yeux. Sur la page suivante, je tiens mes comptes. Pour ces derniers, j’ai également un tableur excel sur mon PC mais avec mes aléas de connexion, je n’étais plus assez régulière. Là, je note dans le journal et n’oublie plus rien quand j’ai enfin un moment pour mon tableur.

A l’envers du journal, j’ai mis les listes qui appellent à être enrichies. Normalement, l’index permet de s’en passer (on commence la liste sur une page en reportant son numéro dans l’index, on rajoute les items plus loin en rajoutant le numéro dans l’index) mais j’aime bien avoir une vision d’ensembles de certaines listes. On y trouve par exemple la liste des livres à acheter pour le boulot ou mon poids que je note tous les 15 jours environs.

Au quotidien, je note dans mon bullet journal ce que je dois faire dans la journée. S’il y a une tâche que je ne peux pas faire ce jour-là, je la précède d’une flèche coudée. Même chose quand dans la journée apparaîssent des choses qu’il faudra faire un autre jour : je les note immédiatement pour ne pas oublier mais avec la flèche pour les reporter. Parfois, je reporte des tâches plusieurs jours consécutifs en sachant qu’elles ne pourront pas être réalisées avant un bon moment mais ça me permet de les garder en tête et me force un peu à la faire.

En fin de journée ou au cours de la journée selon l’humeur et le temps, je noircis les tâches effectuées. En fin de journée, je reporte les tâches pour le lendemain et rajoute les évènements du calendrier si nécessaire. J’ajoute aussi des éléments dont je vais avoir besoin pour mes tâches.

Voici un exemple d’une journée.

IMAG1551.jpg

Dans le grand espace blanc, les noms et numéro des kinés pour la première tâche.

Les dates et heures de rendez-vous ont été rajoutée quand je les ai pris par téléphone.

« Appeler Maman » est marqué comme uen tâche en cours parce que je l’ai eu très rapidement, on devait se rappeler en soirée et on s’est ratées, je l’ai reporté sur le lendemain.

Je ne m’en sers pas tous les jours mais dès que j’ai quelques trucs que je peux oublier. ça m’évite de me disperser et souvent, en revoyant la liste, je suis étonnée de tout ce que j’ai fait dans la journée. ça m’évite aussi de me défausser pour les choses que je n’ai pas trop envie de faire (en particulier quand il s’agit de téléphoner).

Je n’ai absolument pas cherché à en faire quelque chose de joli et à conserver. Je n’ai pas le temps et je sais que ça me frustrerait beaucoup. Je n’ai pas non plus forcément la place. Je reporterai ce que je veux conserver de ce carnet dans le suivant ou ailleurs (comme les livres lus dont j’ai la liste sur mon PC).

En bref ?

Le bullet journal est une mode, avec un nom qui sonne anglo-saxon et un engouement curieux relayé sur le web. Une fois qu’on l’utilise, on a clairement l’impression d’avoir inventé l’eau tiède. Mais je suis très emballée par l’usage (les usages) que j’ai du mien. Je me vois déjà commencer (pour la première fois depuis mes 11 ans) une année scolaire sans agenda l’an prochain ! J’améliore et adapte au fur et à mesure de la pratique.

J’espère que ce post n’a pas été trop imbuvable… Et qu’il reste compréhensible. Ce n’est pas le genre de chose que j’ai l’habitude d’écrire sur ce blog. La prochaine fois, j’écrirai quelque chose de léger !

Note de bas de page :

– J’ai un tableau Pinteret sur le sujet, très axé sur l’aspect fonctionnel. Mais on trouve énormément de photos sur le sujet avec des carnets incroyablement beaux.

[Edit 24 juillet 2015 : Une autre astuce pour palier le manque d’agenda : en ajouter un !]

 

 

 

 

 

7 réactions

  • 1De Floh – 31/05/2015, 21:34

    Comme pour Shaya, je suis admirative de votre clarté dans votre description et explication, j’en serais bien incapable!! Et j’aime énormément ta technique de te faire un « agenda » en début de journal pour noter les rdv, c’était mon talon d’Achille (pour les rdv je continue à garder mon Iphone mais je suis pas fan, même s’il m’a récemment sauvé la mise avec un rappel) et je cherchais un solution. La tienne me paraît en fait totalement évidente, alors MERCI, je la tenterai sans doute au prochain!
    Par contre je suis épatée que tu n’envisages pas de le conserver, moi c’est le genre de truc que je serais bien incapable de jeter, ce sont de vrais bouts de ma vie et j’y ai plein plein de références que je ne reporterai clairement pas toutes, donc que je serai bien contente d’avoir dans un carton si le besoin s’en fait ressentir.
    En tout cas: MERCI ET BRAVO <3<3
  • 2De Lizly – 01/06/2015, 09:15

    @Floh : Je me suis aidée de l’article de Shaya et j’ai passé beaucoup de temps sur celui-ci. Je suis contente que ça apparaisse aussi clair !
    Pour l’agenda, il me fallait une alternative. Si j’avais dû utiliser les deux, j’aurais abandonner le bullet journal. Je suis contente de la solution que j’ai trouvé ! Par contre, elle impose un grand format de carnet. Dans ma version, en tout cas.
    Pour ce qui est de le conserver, je changerais peut-être d’avis si je m’en sers pour organiser quelque chose de particulier. Le tien contient, si je ne me trompe pas, les préparatifs de ton mariage, de ton superbe voyage en Islande… Forcément, ça donne envie d’en garder la trace. Le mien, pour l’instant, il ne contient rien qui me fera me retourner dans quelques années. On verra avec celui de l’année scolaire prochaine !
  • 3De Sacrip’Anne – 01/06/2015, 10:29

    Alors euh… non je n’en ai pas et je n’en aurai pas, mais j’adore lire votre geekitude sur le sujet 😀

  • 4De Anna – 03/06/2015, 15:22

    Ben moi toujours pas non plus, MAIS comme dit chez Shaya j’ai adopté un agenda avec une page « semainier » pour les RDV en regard d’une page « notes », et je m’en trouve bien. :-)
    Je prendrai probablement un format un peu plus grand pour le prochain, mais là je n’ai pas eu beaucoup de choix (s’étonne-t-elle, alors qu’elle cherchait un agenda janvier-janvier au mois de mai ;-)
  • 5De Lizly – 04/06/2015, 09:52

    @Sacrip’Anne : Je n’aurais pas fait un post si ça ne m’avait pas été demandé 🙂 C’est rare que je post « geek » 😛

    @Anna : Au moins, un bullet journal, ça se commence aussi bien en mai qu’en janvier :-)

  • 6De Shaya – 04/06/2015, 22:24

    Merci pour ce retour ! J’aime la façon dont tu notes via ton agenda tes séances pro.
    J’aime aussi l’idée de noter une tâche et de la reporter sur plusieurs jours (et ça aide à moins procrastiner hein? ;-) ).
    Par contre comme Flo : quoiiii ? tu ne comptes pas le garder ??? ;-) (mais je comprends)
  • 7De Lizly – 08/06/2015, 12:35

    @Shaya : Tout à fait, le report de tâche aide à moins procrastiner. Et aussi à ne pas faire passer des trucs que je n’ai pas trop envie de faire à la trappe. Pour ne pas le garder, même réponse qu’à Flo ;-)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :